CRITIQUE RELIGIEUSE

Ce site est destiné à ceux qui veulent savoir la vérité sur leur religion : que ce soit le Judaïsme l'Islam ou le Christianisme.

ATTENTION : IL EST VIVEMENT CONSEILLE
D'ETRE COUTUMIER DE LA CRITIQUE RELIGIEUSE
POUR POURSUIVRE LA LECTURE DE CE SITE.


KEEP THE BEST (GOD) AND "FUCK" THE REST (devise du site)
(traduction : GARDEZ  LE MEILLEUR (DIEU) ET LAI9SSEZ TOMBER LE RESTE.)

ANCETRE DU CHAPELET : LA CORDE A NOEUDS
CONF. EPOPEE DE GUILGAMESH

RELIGION DE MESOPOTAMIE UR, MYTHE DU DELUGE DE NOE : ICI
 
 
 LA RELIGION NATURELLE ?

     Est un des points central de la religion déiste établie non sur des dogmes arbitraires comme la religion des patriarches, mais se structurant et s'etablissant sur le mode de fonctionnement humain dit "naturel".

          Alors qu'est ce que le naturel de l'homme ? 
                           C'est bien la question.
          
          Le naturel de l'homme n'est pas que la nécessité de subvenir à ces besoins, ou de satisfaire ces instincts.
 

          L'homme a en effet un mode de fonctionnement qui est inscrit dans sa nature.
          L'homme a dans sa nature un fonctionnement qui n'est pas destiné à être pathologique, et toutes actions pathologiques contrecare le bon fonctionnement lié a la santé psychologique de l'individu. 
          IL y a en effet un fonctionnement qui est inscrit dans la nature de l'homme et s'éloigner de ce comportement implique une pathologie de l'individu.

          On peut prendre par exemple, le métier de "tueur boucher", qui est ordinairement commun, et auquel personne semble s'interesser, pourtant le fait de tuer, egorger des innocents, est incompatible avec la santé psychologique humaine.

          Car il s'agit bien d'une injustice flagrante, de faire le mal a des animaux innocents dans une cruauté barbare.

          Le "tueur boucher" ainsi se défait de sa part d'humanité, il en est ainsi pour toutes les mauvaises actions que l'homme commet, donc s'éloignant du fonctionnement de sa nature humaine.

          Que les animaux aient une conscience, des sentiments et des sensations, n'est pas a remettre en cause, ne dit-on pas il ne leur manque que la paroles, peut-être ne s'expriment-ils pas avec des mots, mais, comme nous ils s'expriment par le regard, par des plaintes, par des larmes aussi. (ceci est moins connu d'ailleurs). l'intelligence d'un chien ou d'une chèvre ou d'un cheval n'est pas identique à celle d'un homme, ce nest pas pour autant qu'ils n'ont pas de l'intelligence : un tueur boucher, avait expliqué que "la bete" sentait toujours l'heure de sa mort, quand on allait la tuer.

          Celui ci etait un tueur de moutons et d'agneaux.

          Pour beaucoup de personnes : tuer un mouton semble bien abstrait, pourtant il s'agit d'un agneau bel et bien, en face de soi, avec ce regard innocent d'agneau, et qu'il s'agit de tuer tout betement.

          Ce n'est pas du tout un acte abstrait. Il en est de même pour le veau, le poulain. 

          Il faut bien le dire, ces tueurs manquent d'humanité. (certainement pas d'animosité, voila un endroit ou les roles sont fortements inversés en face d'animaux herbivores)

          Mais l'homme qui toute la journée, va priver de vie, soit en egorgeant soit en aplliquant le pistolet du tueur, sur des vaches, des veaux, des poulains des agneaux, Pour se gorger de leur sang. Ne fait pas du tout la même chose qu'un agriculteur ou un peintre en batiment, toute la journée. Il prive de la vie des innocents,( qui ne lui ont jamais rien fait a lui ou a quiconque), qui le supplient du regard. 

          Il s'agit bien d'une transgression a la nature humaine, et au fonctionnement non pathologique d'un humain.

          C'est un comportement pathologique, qui diminue et atteint les qualités humaines de l'individu.

          Il existe bien une loi morale intrinséque (à un comportement non pathologique) de l'être humain (indépendemment des règles culturelles de l'individu) , et s'en éloigner est une perte de l'humanité de l'homme, et mène à son avillissement implicite.

          On peut pour illustrer et ainsi  mieux scerner le sujet chercher des vidéos sur : GOOGLE VIDEO, des films sur les abbatoirs et les abbattages d'animaux. On pourra de cette façon mieux évaluer la véritable  perte d'humanité de ces individus "tueurs bouchers". 

          La religion naturelle au premier abord semble moins contrariante et impérative que les fameux dogmes religieux habituels, mais en fait la religion naturelle est plus exigente, puisque concordant avec l'essence de l'homme.

          En effet les religions traditionnelles contrecaraient sciemment la religion naturelle en fabriquant des "devoirs" s'opposant aux lois naturels comme l'obligation de faire des sacrifices (et d'autres choses aussi très peu recommandables). En fait elles couvraient des actes très répréhensibles en  inventant une "morale dogmatique" prétenduement  divine et par conséquent émminemment morale, en proclamant aussi que la non observation de ses devoirs etaient sanctionnée par le courroux de Dieu (ou du "diable"). 
         
           Mais en fait elles favorisaient et fabriquaient (souvent) des devoirs qui étaient parfois tout simplement hautements immauraux (ceci pour poursuivre quelques buts visant à leur simple enrichissement personnel)
          
  Consulter pour de plus amples informations de nombreux ouvrages ecrits au 17e et 18e siecle (sur google livre ou gallica portant le titre " la religion naturelle".

-  MYTHE DE L'ATRAHASIS 
 


TABLETTE relatant l'épopée de Atrahasis
British Muséum


Traduction de  la tablette en ecriture cunéiforme du Mythe du DELUGE MESOPOTAMIEN ressemblances avec le DELUGE DE NOE 

 

     Les hommes créés par ENKI et NINTU pouvaient vivre 25.000 ans. 250.000 ans plus tard, huit rois des hommes s'étaient succédés. Les hommes étaient prospères, ils avaient étendu leur territoire, ils s'étaient multipliés. Mais le bruit de leurs activités, de leur agitation, de leurs guerres, de leurs fêtes, en un mot leur tapage finit par atteindre... même les cieux.

     Lors du Conseil des Grands Dieux ENLIL dit : « La rumeur des humains est devenue trop forte. A cause de leur tapage continuel je n'arrive plus à dormir. Nous leur avons déjà envoyé maladies, fièvres, épidémies et pestilences pour les décimer, mais très vite ils se sont à nouveau multipliés. Nous leur avons envoyé sécheresse, famines et autres fléaux sans plus de résultat. A chaque fois d'ailleurs, ENKI le prince les a aidés à s'en sortir. Maintenant il faut en finir une fois pour toute et envoyer sur les hommes le Déluge afin qu'il n'en reste pas un. » ENKI pris la parole : « J'ai créé l'homme dans l'intérêt des dieux, ne me demandez pas d'approuver un tel cataclysme. Comment pourrais-je porter la main sur mes créatures ! »

    Les dieux ayant malgré tout pris la décision finale, ENKI en songe, prévint ATRAHASIS, le Supersage, un homme de bien qui avait toujours mérité sa confiance. " ATRAHASIS, jette à bas ta maison, détourne-toi de tes biens pour te sauver la vie . Construit un grand bateau selon l'épure que j'ai tracée sur le sol. Cette embarcation aura forme équilatérale de 60 mètres de coté. Le bateau sera entièrement clos et toituré solidement. Que son calfatage soit épais et résistant. Tu appelleras ton vaisseau Sauve -Vie. Après y avoir chargé ton froment, tes biens, tes richesses, embarques-y ta femme, ta famille, ta parenté et tes ouvriers ainsi que des animaux sauvages, grands et petits, et des oiseaux du ciel ». Supersage n'avait que 7 jours pour construire Sauve-Vie.

    Les siens et les animaux venaient juste d'embarquer quand un vent furieux rompit les amarres et libéra le bateau. Alors le soubassement de la terre se décolla. Les étoiles elles-mêmes furent déplacées. De profondes ténèbres cachèrent le soleil. Le fracas du Déluge épouvanta les dieux eux-mêmes, pourtant tous réfugiés en la demeure céleste d 'ANOU. ENKI blême de colère vit ses enfants emportés par les eaux. NINTU la déesse mère éclata en sanglots :" Comment ai-je pu dans l'assemblée des dieux laisser prendre cette décision finale ? C'est ENLIL qui par un discours habile, a rendu vaines mes paroles ".

     Au bout de 7 jours, le vent se calma, le bateau cessa d'être ballotté. Supersage lâcha une colombe, elle revint, ne sachant où se poser. Il lâcha une hirondelle qui revint également. Enfin il lâcha un corbeau qui ne revint pas. Alors Supersage lâcha tous les oiseaux. Lorsque les eaux se furent retirées du haut de la montagne, Supersage débarqua et prépara un banquet à la gloire d'ENKI, le dieu ingénieux qui l'avait sauvé. L'odeur de la bonne chère attira également les grands dieux, qui, en l'absence des hommes, n'avaient ni bu ni mangé pendant tout ce temps. On peut supposer qu'ils n'en avaient pas vraiment besoin pour vivre, mais que ça leur manquait quand même. ENLIL voyant alors le bateau, entre en colère : « Nous les grands dieux nous avions prêté serment, d'où vient alors qu'un homme ait échappé à la destruction ? ». ENKI : " Oui, j'ai fait cela contre votre volonté à tous, j'ai sauvé ATRAHASIS. Calme-toi ENLIL, si tu as pu manger et te régaler, c'est bien grâce à cet homme. Grâce à lui la race humaine peut être sauvée".

     NINTU la déesse mère prit alors la parole : « ENLIL, tes solutions sont trop définitives. Trouvons un moyen terme. Afin que la descendance de Supersage ne perturbe plus les dieux, ENKI l'ingénieux doit bien avoir une solution ". ENKI : " O ! Divine Matrice, nous avons donné aux hommes presque l'immortalité, c'était inconsidéré. Toi MAMMI, qui arrête les destins, impose donc aux hommes la mort pour qu'un équilibre s'installe. Afin que chez eux, outre les femmes fécondes, il y ait maintenant les infécondes, afin que chez eux sévisse la Démone Eteigneuse pour ravir les bébés aux genoux de leurs mères ". ENLIL approuva : " C'est entendu. Ce fut une erreur de vouloir les exterminer. Mais que les hommes ne vivent pas au delà de 120 années, afin qu'ils ne puissent jamais percer à jour nos connaissances. Ainsi, ils ne seront plus une menace pour nous ! Veillons à ce que les hommes ne s'installent jamais dans l'allégresse.Surveillons de près leur prolifération, leur prospérité et leur joie de vivre. C'est pour cela, Que chez les hommes un temps de malheur succede toujours à une ère de bien être".

Traduction J. BOTTERO et S.N KRAMER   


 




Créé avec Créer un site
Créer un site